Marcel Martin, 1926 – 2016

June 9, 2016

Marcel MartinBorn on October 12, 1926, in Nancy, Marcel Martin studied arts, philosophy and cinema and  soon turned to film criticism – to the film criticism as it developed in publications linked to the movements of popular education in France after the war. From 1956, he wrote in "Cinéma", a monthly magazine published by the Federation of Film Clubs. He was one of the editors who left "Cinéma" and founded "Ecran", a magazine for which he worked from 1972 to 1979. After "Ecran" disappeared, he joined "La Revue du Cinéma", a magazine of socialist character, while "Cinéma" opened its pages to communist criticism.

His outstanding curiosity for cinema made him one of the first critics in the selection committee of the "Critics Week", the very first parallel section at the Cannes Film Festival. There was no reason for him to hide his membership of the PCF, the French Communist Party. He also contributed to "Lettres Françaises", to "Regards" and later on to "Révolution".

In 1955, Martin developed an interest in theory and analysed the language of cinema even prior to the first semiologists: His book "Le Langage cinématographique" (The Language of Cinema, Editions du Cerf) has been translated into almost all major languages, including Russian, Chinese and Japanese. The reputation which he won brought him invitations to lecture at the Universities of Nippon and Seishin in Tokyo as well as in Montreal, Canada, and in Santa Barbara, California.

Marcel Martin stayed connected to the studies of filmmakers. He published books on "Robert Flaherty" (in the collection "Anthologie du cinéma, 1965), on "Jean Vigo" (in the same collection, 1966), on "Charles Chaplin" (Seghers, 1966). He also wrote about landscapes of cinema: "Le Cinéma soviétique par ceux qui l'ont fait" (The Soviet Cinema, by Those Who Made it, 1966), "Le Cinéma français depuis la guerre" (French Cinema Since the War, 1984), "Le Cinéma soviétique de Khrouchtvev à Gorbatchev" (The Soviet Cinema from Khrushchev to Gorbachev, 1993).

Marcel Martin was an engaged critic with a big sensibility for cinematic form. He was General Secretary of FIPRESCI, the International Federation of Film Critics, from 1972 to 1987, and continued as its president from 1987 to 1991. At the end of his four-years term, he was appointed Honorary President of FIPRESCI.

Jean Roy


Version française:

Marcel Martin, 1926 - 2016

Né le 12 octobre 1926 à Nancy, Marcel Martin, après des études de lettres, de philosophie et de filmologie, s’est vite orienté vers la critique de cinéma, telle qu’elle se développe dans les publications liées aux mouvements d’éducation populaire d’après-guerre. Dès 1956, il écrit à « Cinéma », une revue mensuelle issue de la Fédération Française des Ciné Clubs ; puis il fait partie des rédacteurs qui quittent « Cinéma » pour fonder « Ecran »,  où il reste de 1972 à 1979. À la disparition d’« Écran », Marcel Martin rejoint « la Revue du cinéma », revue d’obédience socialiste, alors que « Cinéma » ouvrait ses colonnes à des critiques communistes.

Car Marcel Martin, s’il brandissait le drapeau de la curiosité cinéphilique, qui l’avait conduit à rejoindre parmi les premiers le comité de sélection de la Semaine Internationale de la Critique Française  – première section parallèle du Festival International du Film – ne cachait pas non plus son appartenance au PCF. C’est ainsi qu’il collabore aux « Lettres Françaises », et à « Regards », puis à « Révolution ».

En 1955, le critique se fait théoricien, analysant le langage du cinéma avant même les premiers sémiologues : « Le Langage cinématographique », paru en 1955 aux Editions du Cerf, est traduit et publié dans toutes les langues de communication majeures, dont le russe, le chinois et le japonais. La notoriété ainsi acquise par Martin lui vaut de devenir conférencier à l’université Nippon et à l’université Seishin (Sacré Cœur) à Tokyo, à celle de Montréal, et aussi à celle de Santa Barbara en Californie.

Pour autant Marcel Martin reste attaché à l’étude des cinéastes ; il publie un « Robert Flaherty » dans la collection Anthologie du cinéma en 1965, un « Jean Vigo » dans la même collection en 1966, un « Charles Chaplin » chez Seghers en 1966. Il étudie aussi de vastes ensembles cinématographiques : « Le Cinéma soviétique par ceux qui l’ont fait » (1966), « Le Cinéma français depuis la guerre » (1984), « Le Cinéma soviétique de Khrouchtvev à Gorbatchev » (1993).

Critique engagé, fin analyste des formes cinématographiques, Marcel Martin fut Secrétaire général de la Fédération internationale de la Presse Cinématographique de 1972 à 1987 . Il en fut ensuite président président de 1987 à 1991, puis président d’honneur au terme de ses quatre années de mandat.

Jean Roy